Accueil

Bienvenue sur le site du groupe de chants géorgiens de Chantal Morand:
« Tchuta’s Gundi  » est la traduction géorgienne approximative de « groupe de Chantal »

Les chants géorgiens sont des chants polyphoniques de tradition orale. Ils sont chantés par des groupes d’hommes ou de femmes.
En Géorgie, on chante à table, sur le chemin pour aller chercher la mariée dans son village, à l’église, au cimetière, autour d’un enfant malade, dans les champs, aux bébés
Les chants sont des occasions de célébrer, se recueillir, invoquer les esprits pour guérir  ou fertiliser les sols, donner de l’attention…
Ils font partie de la vie quotidienne et sont un outil de cohésion pour le groupe.

Hugo Zemp et Nona Lomidze ont réalisé ce petit court-métrage « Table songs of Kakhétie« . On y perçoit bien ce qu’est l’essence du chant pour les Géorgiens.

Pour que le chant existe, on a besoin de trois voix : Traditionnellement, une personne chante la voix moyenne qui souvent mène le chant, une autre la voix haute. Ces deux voix supérieures se permettent souvent d’improviser.
Et pour les soutenir, on a un tapis de nombreuses basses.
Dans le groupe, chaque chanteur, s’il le peut, apprend les trois voix, ainsi dès que trois personnes se retrouvent, le chant est possible.
Pas besoin de savoir lire la musique, nous utiliserons simplement les textes écrits phonétiquement.

Les chanteurs géorgiens semblent faire très peu d’efforts (peu de mouvements du corps ou de la mâchoire) ce qui n’empêche pas le chant d’être extrêmement puissant! Bien au contraire!
Dans le groupe, nous essaierons donc de nous approcher de leur manière de faire, par différents exercices de détente, bourdonnements et d’attention à la vibration dans notre corps et entre nous.

Lorsqu’on leur demande que faire pour bien chanter, les Géorgiens répondent : « Être amis! »

– Le chant comme outil de rencontre avec ce qu’il y a de plus profond et précieux en soi et de partage avec les autres.

– Dans une ambiance respectueuse, soutenante, détenduesouple et joyeuse.

-Un jour où j’étais si triste, face à la montagne, je hurlai : La vie est méchante!!!
Et l’écho me répondit : …chante….chante….chante….